Pourquoi s’embarrasser avec des syndicats ?

Dans un monde parfait, les représentantsdu personnel seraient les partenaires privilégiés de l’entreprise pour élaborer une politique sociale et de santé au travail, qui assure la pérennité de chacun et de tous.

Certains adorent nous détester, parce qu’il est plus simple d’avoir quelqu’un, quelque chose, qui cristallise les animosités, les angoisses, que de s’interroger sur le système dans lequel on vit.

Chères et chers collègues, on se parle franchement ?

Aujourd’hui, un véritable cataclysme sociétal est en cours. Des salariés ne le comprennent pas encore ; des salariés ne veulent pas le comprendre ; beaucoup n’y croient pas tellement c’est énorme.

Pourtant nous sommes tous dans le même bateau, et surtout, surtout : notre interdépendance n’aura jamais été aussi importante qu’aujourd’hui.

Comme d’habitude, vous avez la liberté de jeter tout de suite cette communication (dans une poubelle recyclable hein, merci). Ou alors on peut essayer d’aller un tout petit peu loin ensemble.

Que se passe-t-il pour qu’on parle de la vie des syndicats ?

Une des dispositions de la « loi travail » met en place la « fusion des instances ». C’est-à-dire que les délégués du personnel, le comité d’entreprise, et les Chsct vont se retrouver au sein d’une seule et unique « instance ». Outre la réduction drastique du nombre de représentants du personnel, les employeurs ont aussi la possibilité de centraliser l’instance unique. Et voire même, si des négociations solides et soutenues par les salariés n’ont pas lieu ou ne se passent pas bien, les employeurs auront la possibilité de régir eux-mêmes une instance unique.

Qu’est-ce que cela implique pour les salariés ?

Jusqu’à présent, chaque instance avait un rôle bien spécifique. Ainsi que des prérogatives bien spécifiques. Rôle et prérogatives légaux permettaient une capacité d’action, de soutien de défense. Elle permettait aussi une déconcentration des pouvoirs, qui garantissait l’indépendance des syndicats. Et ainsi des actions justes, dédiées à l’intérêt général. Même si cela est parfois invisible pour certains salariés, chez Solocal nombre de ces instances, depuis des années, nous ont permis à nous tous salariés de renforcer la solidarité dans les épreuves dures de la vie. De maintenir un lien social, c’est-à-dire : un équilibre.

Accessoirement, elles nous ont aussi permis : de garder un emploi, de nous soigner, de nous occuper de nos proches.

Personne n’est à l’abri d’épreuves au cours de sa carrière. Personne n’est à l’abri d’un accident de vie. Et personne bien sûr n’est à l’abri de la volonté d’employeurs de tout casser

La réflexion autour du syndicat est la même que celle de la Sécurité Sociale (qu’en France on adore détester aussi) : quels que soient ses revenus, sa condition, ses origines, tout le monde a droit à être soigné. Sinon, pas de société, pas d’équilibre, pas de continuité. Parce que sans la santé tout le monde meurt. Pour que l’entreprise puisse continuer d’exister, il lui faut, elle a besoin, de sa sécurité sociale professionnelle.

Quels sont les risques en cours ?

On peut jouer à se faire peur, ou faire comme si cela n’existait pas : ° licenciement collectifs (pse, pdv) sans aucune négociation = aucune porte de sortie, aucune sécurité ; ° licenciements individuels : pouvant arriver du jour au lendemain : sans aucune cause, plus besoin de motif, n’importe quelle raison même inventée devient permise, et ce sur n’importe quel critère, lié au travail ou non ; ° réduction des salaires : pouvant arriver du jour au lendemain, sans limite de plancher ; ° augmentation du temps de travail : pouvant arriver du jour au lendemain, sans limite de plafond pour les forfaits-jours.

On continue ?

En fait on ne préfère pas continuer, parce qu’à la Cgt on ne trouve pas ça tellement constructif. Nous préférons vous proposer des solutions, et des actions qui nous permettront de faire vivre l’entreprise dont on a envie, pour la survie de laquelle on se bat au quotidien.

Comment cela va-t-il se passer chez Solocal ?

A aujourd’hui nous n’avons aucune idée du positionnement de la gouvernance sur ce sujet. Des élections professionnelles sont supposées avoir lieu dans notre entreprise en juin prochain. C’est demain. C’est pour cela aussi que nous préférons vous alerter en amont, vous délivrer toutes les informations liées, et construire ensemble une possibilité de vie.

Cette fusion risque d’engendrer à moyen terme un problème de santé publique car les yeux rivés sur les chiffres, nombre d’employeurs se sentent déjà libérés de cette « voix de la conscience » que nous représentons. Et donc totalement déresponsabilisés des questions de santé. Ca encore, c’est sans parler de nos actionnaires qui, s’ils ne sentent pas que les salariés se sont appropriés le sujet, ne souhaiteront tout simplement pas le traiter, afin d’avoir les mains totalement libres sur ce qu’ils considèrent comme « leur » entreprise.

Que proposons-nous ?

  • Nous organisons dès à présent un vis ma vie : nous vous proposons de venir passer une demi-journée ou une journée avec nous pour comprendre notre action au plus proche de la Vraie Vie (nous vous affecterons des heures spécifiques afin que vous puissiez le faire sur votre temps de travail ; de même toute la prise en charge sera faite sur notre budget propre)

  • Nous organisons, en agence et au siège, des réunions d’informations (calendrier ci-dessous) pour entrer dans le détail précis des impacts de la « loi travail » sur vos vies et celles de vos familles

  • Sur ces deux bases, nous allons construire ensemble le projet de la représentativité syndicale que vous souhaitez ; ainsi plus vous aurez pris la parole avec nous, plus votre vision du monde, vos aspirations, vos incontournables pour demain, existeront dans la réalité

Nous refuserons tout totalitarisme et autre mensonge qui consistera à faire porter sa responsabilité sociale sur ceux qui paradoxalement soutiennent au quotidien l'entreprise : les salariés.

Rassemblons-nous pour que le monde du travail ne devienne pas l’eldorado d’une minorité et la souffrance d’un grand nombre.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • RSS - White Circle

CGT Solocal

204 rond-point du pont de Sèvres

92649 BOULOGNE-BILLANCOURT Cedex

secretariat.cgtsolocal@gmail.com

Flux RSS

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon