LE REGIME PREVOYANCE EN DEFAILLANCE


Chères et chers collègues, la situation est très grave. Notre prestataire de santé Malakoff Médéric vient de menacer de rompre le contrat qui nous lie. La situation est la suivante : notre contrat prend fin en janvier 2017. Le prestataire déclare un déficit colossal avec le compte Solocal, essentiellement dû aux arrêts maladies – déficit en lien direct avec les conditions de travail que nous vivons tous, et qui emportent un nombre important de salariés vers des arrêts à répétition, ou des arrêts longue durée. Ce n’est pas faute d’alerter l’entreprise, voire d’exténuer notre propre santé, dans toutes les instances où nous vous représentons, sur les pressions qui pèsent sur les salariés et qui détruisent leur santé. Et parfois aussi, hélas dans une triste logique, celle de leur famille. Aujourd’hui deux scénarii sont possibles, qui s’apparentent plutôt à un CHANTAGE de la part du prestataire : - soit nous renégocions à forte baisse toutes les prestations avec l’assureur,

- soit nous changeons de prestataire, avec lequel il faudra tout recommencer pour retrouver a minima le même niveau de prestations. Malakoff Médéric profite de sa position et souhaite renégocier le contrat en équilibrant ses comptes dès le mois de Janvier 2017 avec, au programme des baisses drastiques de prestations,. Et là nous parlons de : Extrait de la proposition faite par notre prestataire Cela pourra s’accompagner aussi de : diminution ou exclusion de remboursement de médicaments,, diminution ou exclusion de remboursement de médecin spécialiste. Et pourquoi pas d’exclusion de conjoint ou d’enfant comme bénéficiaire de la mutuelle. Votre syndicat Cgt a immédiatement dénoncé cette pratique ignoble qui nous place tous dans des situations extrêmes. L’heure est très, très grave ; nous sommes en passe de devenir ce que l’on appelle des travailleurs pauvres. Oui, beaucoup se croient à l’abri ; croient que ce sont toujours aux autres que cela arrive. Croient que les syndicats exagèrent. Mais nous vous invitons à regarder vos vies en face : que se passe-t-il si demain en arrêt maladie nous touchons 60% de notre salaire ? Combien de temps pourrons-nous mener une vie normale ? Combien d’entre nous pourront souscrire à une ou deux autres complémentaires santé à 200 euros par mois pour combler le vide d’un salaire ou d’un remboursement ? Nous avons, lors de l’ouverture de la négociation Prévoyance, alerté la direction quant à ces dérives et celle-ci nous a alors signalé que le dialogue avec le prestataire était rompu. Pour la CGT cette situation est intolérable : ce n’est pas au salarié de payer le coût d’une politique structurelle. Pour être très concret, voici les actions que nous allons initier dans les 10 jours à venir : - Une alerte en urgence à la direction de Malakoff Médéric et à ses représentants syndicaux - Une communication directe à la presse - Une communication aux autres organismes d’assurance constitués en paritaire - Une alerte aux organismes de santé de l’Etat Nous allons constituer dès à présent des assemblées au siège et dans les agences, pour vous expliquer les détails de tous ces risques, et partager nos actions. En parallèle, nous invitons tous les salariés de SOLOCAL à prendre contact avec nous dès que possible. Ce combat est celui de nos vies, et de celles de nos familles. Obliger un être humain à faire des choix sur sa santé et/ou celle de ses proches et une infâmie. Nous sommes à un tournant social profond dans notre vie dans l’entreprise. Saisissons ensemble cette chance que nous avons encore. « Ensemble plus fort »

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • RSS - White Circle

CGT Solocal

204 rond-point du pont de Sèvres

92649 BOULOGNE-BILLANCOURT Cedex

secretariat.cgtsolocal@gmail.com

Flux RSS

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon